Les Broqueville de Belgique issus de la bastide de Monfort en France

Les habitants de Monfort ont subi la présence de troupes, de gens d’armes de toute nature et de toutes origines. Non seulement ces armées troublaient la vie paisible de la bastide mais s’en prenaient souvent aux biens des personnes ruinant ainsi la vie économique de Monfort mais aussi des environs. Le pires d’entre tous semblent être le sieur de Fontrailles, comte d’Astarac. Quand les troupes passaient outres la ville, c’était pour s’installer dans les métairies et saccager ce qui s’y trouvait.Louis XIII était de passage dans la ville de Bordeaux et Jehan Broqueville (premier consul), décida, sous prétexte d' »aller lui faire la révérence« , de lui soumettre les plaintes des Monfortois en rédigeant une longue lettre que nous pouvons lire en première partie. J’ai repris in extenso le texte pour montrer comment le texte est libéllé.

Au roi et à nos seigneurs de son conseil.

Sire,

Les consuls et communauté de votre ville de Monfort en Armagnac vous remontrent très humblement que pour n’avoir voulu adhérer aux rebellions de ceux qui avaient pris les armes contre votre service en l’année 1619 ni voulu recevoir dans leur ville la garnison que le sieur de Fontrailles (1) voulait mettre dans icelle, suivant les défenses à eux faites tant par votre cour de parlement de Toulouse au report de laquelle ils sont après que par un seigneur le duc de Mayenne (2) gouverneur et lieutenant général de votre majesté en Guyenne, dans lequel gouvernement ils sont situés le dit sieur de Fontrailles faisant partie contraire les aurait tenus investis et a piégé par l’espace de 9 jours mis corps de garde et barricade contre les portes de leur ville, brûlés leurs maisons et métairies aux champs, coupés et arrachés les arbres fruitiers abattu les bourgeons des vignes, fait mangé leur blé en vert aux chevaux et les herbes et fait plusieurs autres maux et ravages et toutes sortes d’hostilités qu’ils ont faites à l’entour de leur ville pour se conserver en votre obéissance qui a été cause que vos pauvres sujets de ladite ville ont enduré beaucoup de misères et indignités l’année dernière et non ?? de ce la paix étant survenue et le traité d’Angoulême arrêté et commandement fait au sieur de Frontailles (3) de désarmer.

Il aurait voulu contraindre les suppliants de lui payer la somme de 10 mille livres pour les frais prétendus dudit siège ce qui les aurait contraint pendant la paix de recourir au Parlement de Toulouse afin d’être libéré de telle indue demande où il aurait poursuivi jusqu’à ce qu’il aurait plu à Monseigneur le duc de Mayenne d’en prendre connaissance et fait défendre aux suppliants de se pourvoir ailleurs que devant lui comme étant un fait de guerre devant lequel ils auraient contesté et leurs différents demeurés indécis à cause des derniers mouvements parvenus au mois de juillet dernier aux quels les suppliants n’ont voulu tremper en aucune sorte ainsi se sont maintenu eux seuls de toutes les villes de la province en l’obéissance de votre majesté au péril de leur vie et fortune.

Les armoiries des comtes d'Astarac, baron de Fontrailles

Les armoiries des comtes d'Astarac, baron de Fontrailles

Le sieur de Fontrailles eu haine de ce que dessus aurait de nouveau voulu entrer dans leur dite ville en ce dernier mouvement y mettre garnison et prendre vos deniers de tailles ce qui lui ayant été refusé il les aurait ?? et de nouveau assiégés pour la défense de laquelle ville suivant vos édits et déclarations, arrêt du parlement de Toulouse et lettres missives des principaux officiers d’icelle ils auraient repoussé la force par la force et été contraint de lever des gens de guerre étrangers à leurs dépens pour la conservation de la dite ville et pendant le siège d’icelle le seraint plusieurs combats auxquels auraient été tués quelques habitants de ladite ville du coté des assiégeants ce qui aurait été cause que les dits assiégeants animés de cette résistance auraient usé de nouveau de tous actes d’hostilité sur les biens des suppliants, emporté leur blé, rançonné leurs bestiaux, démoli leurs moulins, brûlés et démolis le demeurant de leurs maisons autour de la ville ce qui les a réduit à une extrême calamité, pauvreté et misère qui les contraint de recourir à vous, Sire afin que pour marquer de sa fidélité qu’ils ont rendue à votre obéissance ils puissent avoir quelques soulagement de leurs misères et l’après quelques marques d’honneur à la postérité de leurs services à ces causes et qu’il vous appert de ce que dessus pour les peines y attachées, il plaira de votre majesté les décharger de l’instance pendante par devant monseigneur le duc de Mayenne et les faire tenir quittes et déchargés de ladite injuste demande à eux faite par ledit sieur de Fontrailles.

Et pour l’extrême pauvreté en quoi les suppliants ont été réduit pendant les dits deux sièges qu’ils ont soufferts en un an voulait tenir déchargé lesdits habitants et communauté de ladite ville de Monfort pour 10 années consécutives du paiement de leurs tailles à commencer du 1er janvier prochain afin qu’ils aient les moyen de se relever de leurs pertes et misères et eu autre marque de leur fidélité et que ladite ville de Monfort est demeurée seule en toute la province en votre obéissance et que à l’avenir ils ne puissent être molesté par les gens de guerre et ceux qui avaient entrepris par la dite ville en haine de la résistance qu’ils ont fait plaisir auprès de votre majesté les vouloir décharger à l’avenir de tout logement de gens de guerre tant de pied que de cheval français et étrangers pour l’enclos de leur ville seulement et les suppliants continueront le très humble service et fidélité qu’ils ont témoigné à votre majesté et prieront pour la prospérité et faute d’icelle.

Signé Broqueville, consul et député
Gimat, député
Broqueville, député

—————-

31 octobre 1620 – De par le roi,

A tous nos lieutenant généraux, gouverneurs de nos provinces, maréchaux et maîtres de nos camps et armées, Colonels, capitaines, chefs conducteurs de nos gens de guerre tant de cheval que de pied de quelque langue et nation qu’ils soient, maréchaux et fourriers des logis d’icelui et tous autres nos officiers et sujets qu’il appartiendra, salut.

Savoir faisons que désirant gratifier et favorablement traiter nos chers et bien aimés les consuls et communauté de notre ville de Monfort en Armagnac nous vous défendons très expressément de loger ni souffrir être logés de nos dits gens de guerre en notre ville de Monfort en Armagnac si ce n’est par département exprès des dits maréchaux de camp ni en icelle ville, prendre ou enlever aucun  ?? vin, foin paille, avoine, ni bestiaux et autres vivres et commodités quelconques sans leur gré et consentement lesquels consuls et communauté dudit Monfort nous avons pris preuves et mettons en notre protection et sauvegarde spéciale et afin que nul n’en prétende cause d’ignorance nous avons promis et promettons aux dits consuls et communautés de notre ville de Monfort de faire mettre et apposer aux lieux et endroits plus éminent de la dite ville nos armoiries, panonceaux et bâtons royaux voulant que su aucun serait si téméraire que de contrevenir à notre présente sauvegarde il en soit par le premier prévôt de nos cousins les maréchaux de France ou aux sieurs requis fait telle et si sévère punition quelle serve d’exemple à tout autres car tel et notre plaisir.

Donné à Pau le dernier jour d’octobre 1620 (4)

Louis

Copie du sceau de Louis XIII

Copie du sceau de Louis XIII

 

 

 

 

 

Peu de temps après le retour des consuls (5) à Monfort, ces derniers reçurent avec surprise la lettre du roi Louis XIII  (ci-dessus). Ce fut une grande victoire pour les habitants mais cette lettre n’allait pas les protéger outre mesure surtout qu’une recrudescence d’anarchie aristocratique et princière auquel s’ajoutait un redoublement d’activité des calvinistes allaient provoquer de nouveaux troubles.

Il est à remarquer que Louis XIII ne répond pas à la deuxième partie de la supplique qui consiste à demander une exemption de la taille durant 10 ans. Rien ne prouve qu’il ont reçu cette exemption. Les roi ont toujours eu besoin d’argent, il est probable que la demande n’aie pas été suivie d’effet, du moins selon les documents en notre possession.

Géry de Broqueville

(1) Benjamin d’Astarac, Baron de Marestang et de Fontrailles, seigneur de Courençon, sénéchal d’armagnac, décédé le 23 mars 1623 marié à Marguerite de Montesquieu.
(3) Le duc de Mayenne est Henri (1578-1621), fils de Charles II de la Maison de Lorraine, duc de Mayenne, d’Aiguillon (1599), marquis de Villars, comte du Maine, de Tende, de Sommerive, pair de France. il meurt en 1621 sans descendants. Le duché passe alors, par sa sœur Catherine de Mayenne (1585 † 1618), à la Maison de Gonzague, ducs de Mantoue et de Nevers.
(3) Pour connaître les exactions du Sieur de Fontrailles, je renvoie le lecteur vers l’histoire de Monfort en Fezensaguet, bastide d’Armagnac de Jean Morrisse, pages 105-111.
(4) Pour lire la retranscription (datant du XVIIIe siècle) photographiée aux Archives départementales du Gers à Auch sous la cote I 2381, cliquez ici. (en pdf)
(5) Dans la délégation il y avait Jehan Broqueville de la branche bourgeoise (+ 1648) x Jacquette Suberville,  Jean Broqueville de la branche des Endardé (vers 1581-avant 1664) x (1620) Françoise de Saint-Arroman née en 1600 et un dénommé Gimat. Pour connaître tous les consuls de 1620, voir la page « Gestion de la Cité » à la date de 1620.

 

 

Catégories

Archives

Calendrier

février 2018
L M M J V S D
« Jan    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728  

Diapos