Les Broqueville de Belgique issus de la bastide de Monfort en France

Nous ne connaissons pas grand chose de la vie de Vital de Broqueville, sieur d’Empiroy fils de Jean II et de Marguerite Dulaur. On connait sa date de naissance et une date approximative de décès après 1735 car on le voit encore dans un cadastre de 1735. On sait que c’est bien lui puisqu’il signe ce registre. On sait qu’il a hérité de son père 44 concades 26 placets 6 escats de terres de son père tandis que son frère Germain en hérite de 26 concades 18 placets 29 escats. (source : cadastre de 1667 – ref 2831) Il est le dernier des Empiroy qui meurt célibataire et transmet sa fortune à ses cousins d’Endardé.

Ludovic Mazeret nous donne un autre élément sur la vie de Vital. « En 1675, Vital sieur d’Empiroy a été élu premier consul, mais il n’accepta pas. Ses collègues le menacèrent de se plaindre au maréchal d’Albret, gouverneur de la province : ce qu’il firent plus tard, exaspérés par sa brutalité

 Le 26 décembre 1674, jour de son élection, dans la maison communale et en pleine assemblée, il sortit de la salle Maître Arquier, recteur, et fit tous ses efforts pour déchirer le procès-verbal de l’élection.

 Le 17 février 1675, il se rendit chez maître Pierre Ponsin, notaire et secrétaire des consuls, à qui il demanda le cahier des délibérations pour en arracher les pages relatant les opérations électorales. N’ayant pas réussit, il tomba sur le notaire et son frère Louis Ponsin, qu’il voulait percer de son épée. Il réunit ensuite une dizaine d’électeurs et leur fit signé une délibération par laquelle Maître Pierre Ponsin était relevé de ses fonctions de secrétaire.

 Par son ordonnance du 21 février, le maréchal renvoya les parties devant l’évêque de Lectoure et Louis Ponsin consul et Jean de Broqueville-Endardé, furent délégués à Lectoure pour soutenir leurs plaintes. Le sieur Gabriel Arquier, recteur et juge de Monfort, fut prié de les accompagner. Enfin le maréchal leur écrivit de nouveau le 24 mars pour leur conseiller de nommer quelqu’un d’autre à sa place. Il fut remplacé par le sieur Blaise Broqueville, Bourgeois. » (1)

Or une plainte datée du 1er janvier 1675 nous donne un élément intéressant sur ce qui s’est réellement déroulé à cette élection du 24 décembre 1674. « L’an 1675, le 1er janvier dans la ville de Monfort par devant nous Louis Ponsin et David Artigau consuls modernes dudit Monfort ce serait présente Dominique Sinaze Vieux habitant dudit Monfort qui a dit ce jourd’huy étant sous la halle publique dudit Monfort sur laquelle est la maison commune dudit Monfort et pendant que le dit habitant était assemblé en ladite maison commune pour procéder à l’élection consulaire de trois derniers consuls le dit Sinazé parlant avec certain habitant du consulat qui avait été obtenu par Vital Broqueville dit Piroy et de sa minorité pour exercer la dite charge le dit sieur  chevalier de Tieux et de Labison son frère se seraient jeté sur ledit Sinazé et lui aurait donné plusieurs soufflets et ensuite ledit de Labison aurait mis la main à l’épée pour le maltraiter ce qui l’aurait obligé à s’enfuir de quoi se plains et demande justice offrant d’administrer témoins ne sachant signer de quoi avons dressé le présent verbal contenant plainte audit Monfort le dit et jour susdit. signé : Ponsin Consul Artigau Consul » (2)

Ce texte qui peut paraître très anodin est intéressant à plus d’un titre. Le problème de Vital est qu’il s’est présenté à l’élection et a été probablement été élu mais il a du être disqualifié pour une question d’âge. Vital est né le 27 septembre 1651 (3).

Le 24 décembre 1674, il a donc 23 ans et 3 mois. La majorité pour être élu est, semble-t-il, de 25 ans. Visiblement Vital a essayé de cacher son âge mais le recteur Arquier, curé de l’église paroissiale Saint-Clément et donc dépositaire des actes de naissance a signalé l’âge de Vital. Ce qui effectivement a provoqué la colère de ce dernier qui s’est senti démasqué et a ainsi sorti maître Gabriel Arquier de la séance.

Ce qui s’est passé ensuite n’a pas encore pu être contrôlé vu que les documents ne sont pas encore retrouvés. Les actes de délibération pour les années 1674 et 1676 existent de façon parcellaire à Monfort. Il est possible que Vital, se rendant compte que son élection et son éviction ensuite est due à un mensonge et qu’une trace écrite existe montrant sa forfaiture, il ait essayé d’effacer à tout prix ce qui avait été relaté dans cette élection. L’épisode concernant Vital est donc vu sous un jour nouveau.

Visiblement, l’élection de trois derniers consuls le 1er janvier 1675 se déroule au moment des faits qui se déroulent sous la halle. Ces trois derniers consuls ont notamment remplacé Vital. Nous connaissons par un autre texte la composition exacte du consulat pour l’année 1675 qui sont : Jean Marcassus, Blaise Broqueville, Louis Ponsin et David Artigau.

Un autre élément intéressant dans ce texte est que le sieur Sinazé décrit la halle de Monfort qui est bâtie différemment de celle d’aujourd’hui. La maison commune est construite au milieu de la halle comme celle de Cologne qui existe encore actuellement.

 

La mairie-halle de Cologne

La mairie-halle de Cologne

Géry de Broqueville

(1) Texte issu de Ludovic Mazeret, partie 1, page 269
(2) Référence 9449 – Cliquez ici pour obtenir le pdf (1,4 Mb)
(3) Registre paroissial de 1651 Référence 4542

 

Catégories

Archives

Calendrier

novembre 2017
L M M J V S D
« Oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Diapos