Les Broqueville de Belgique issus de la bastide de Monfort en France

Hôpital et métairie des pauvres de Monfort

10098A l’instar de l’hospice de Beaune (1) qui était bien possessionnée de terres et de vignes pour financer le fonctionnement de l’hôpital, celui de Monfort possède une métairie appelée la « métairie des pauvres ».

J’ai eu du mal pour trouver un texte liant la métairie des pauvres et l’hôpital jusqu’à ce jour. Ainsi, j’ai découvert (2) que Jean Broqueville fils à feu Antoine était marguillier est syndic des pauvres de Monfort. Le marguillier gère les biens qui dépendent de l’hôpital Saint-Blaise tout en étant le gestionnaire de ce dernier. Nous n’avons pas de description exact de cette métairie si ce n’est en 1757 où l’on sait aussi où elle se situe : « (…)  acceptant savoir les biens appartenant aux dits pauvres situés dans la juridiction dudit Monfort pausant dit de la Barouilhe de Saint-Blaise consistant en terre, pré, bois,  tout joignant et contigu limité et confrontés au cadastre dudit Monfort (…)« . (3) En tout cas elle est mise très souvent en location auprès des laboureurs de Monfort, généralement à demi-fruit. Elle fait partie des biens des pauvres depuis au moins l’année 1551. Il n’est pas impossible qu’elle soit plus ancienne et donc que le système de protection des pauvres le soient aussi.

Tous les habitants de Monfort ont cotisé et fait des dons pour cet hôpital. Sans contestation, c’est Jean Barouilh qui a été le plus généreux puisqu’il a donné, par testament du 30 décembre 1571, la métairie qui porte son nom avec les terres, plus une maison, jardin et pâture situé à la Grande rue dans l’enclos de Monfort, à l’hôpital, ce qui fait dire à un procureur du roi (voir texte ci-dessous) que l’hôpital Saint-Blaise est bien doté et a de confortables revenus.

Gestion controversée

Plusieurs documents se trouvant aux archives de Monfort montrent que la gestion des biens de l’hôpital ne s’est pas déroulée comme il fallait. Un arrêt du procureur du roi daté de 1655 (4) nous indique qu’un contrôle des comptes des marguilliers a été fait par le juge de Mauvezin. Son constat a été qu’en connivence (5) avec les consuls de la ville, les marguilliers s’étaient rémunérés sur les revenus de la métairie des pauvres. Le procureur demande à certains Marguilliers de rembourser la somme de 4.000 livres (l’emprunt et les intérêts) réparties entre eux dont des Broqueville. La liste des marguiliers indélicats est agrafées au texte :

– Rôle du sieur Guy Font a signé en ?? de la requête ?? pour les pauvres de Monfort (illisible) la somme de 1200 livres en 1630.
– Bernard et Blaise Broqueville, père et fils ont été condamné à payer les intérêts de la somme de 785 livres depuis l’année 1626 fait par 49 livres et conduit de 29 années montant de 1421 livres et le principal 785 livres tout principal et intérêt 2.206 livres.
– Bernard de Belin, sieur de Saint-Clar comme héritier de feu Guillaume Saluste sieur de Canet
– Guillaume Saint-Martin et Jacques Libéros ont été condamné à payer les intérêts de 307 livres de l’année 1630 à raison de 20 livres durant 25 années montant de 518 livres
– sont Virgile Taules marguillier Jean ?? consul
– Arnaud bordier et Blaise Gissot en 1633
– Alexandre Caubet  de l’année 1634
– Guillaume Saint-Martin pour l’année 1635
– Jehan Saubat et Alexandre Saliné pour l’année 1636
– pour l’année 1637 Jehan Lafont
– Pour l’année 1638 Jehan Daguzan
– Pour l’année 1639 Orens Saliné
– Pour l’année 1640 Jehan Saubat et Jean Pona
– Pour l’année 1641 Isaac Sabathier et les héritiers de Vidal Garros

A l’arrière de cette liste il est indiqué cette phrase : « Faudra assigné Jehan Broqueville sieur d’Empiroy à être condamné à rendre contre ??  qu’il régit et gouvernait les biens de l’hôpital et a rebâtir y celui capital et la (2 lignes illisibles »

L’affaire n’en reste pas là

Dans un  texte de 1678 qui oppose Marguerite Broqueville et les pauvres de Monfort l’on constate que la métairie de La Barrouilhe dépend de l’hôpital de Monfort mais que Bernard Broqueville, père de Marguerite a joui de cette métairie toute sa vie : « Concluent les dits seigneurs de l’ordre en premier lieu à ?? disposition fait suite à leur profit des biens saisis par ladite Broqueville la métairie appelée à la  Barouilhe avec les contenances et dépendance contenant de quinze concades, 27 places et tout ainsi que le dit feu Broqueville en a joui de son vivant situé en la juridiction dudit Monfort« . (6)

Ce genre d’affaire a duré durant tout le XVIIe siècle avec à chaque fois reprise des anciens documents pour vérifier ce qu’on fait les descendants de certains revenus par eux « dévier » vers leur propre fortune. Le problème qui a été soulevé aux XVIIIe siècle est que les marguilliers ne sont pas payés pour le travail fourni. Ils ont droit de se rémunérer sur les revenus sans que quiconque ne précise le montrant de la rémunération.

On retrouve encore la métairie de Barouille de Saint-Blaise en 1759 comme étant en friche depuis de nombreuses années. C’est Bernard Broqueville qui est premier consul qui décide, en tant que gestionnaire des biens des pauvres de la remettre en ordre et d’y placer une famille pour la cultiver et l’entretenir des années durant.Sa fonction est décrite ainsi : « premier consul du dit Monfort et en cette qualité du bureau d’administration des biens des pauvres du dit Monfort« . (7)

Les marguilliers ont pourtant essayé de poursuivre tous les contrevenants en les faisant rembourser que ce soit sous forme d’argent, de terrains, de sacs de blé froment, etc. C’est ainsi que les registres des notaires de Monfort sont remplis de ces actes où les marguilliers font rembourser les personnes. A se demander si, comme je l’ai dit dans un article précédent, les donateurs n’étaient pas aussi généreux qu’ils ne paraissent, à l’exception unique semble-t-il de Jean Barrouilh.

Comme la métairie de Saint-Blaise est située derrière la chapelle du même nom, l’on pourrait se demander si cette chapelle ne faisait pas partie d’un ensemble plus vaste qui devait être constitué d’une partie de l’hôpital. N’oublions pas que durant différentes périodes de peste la chapelle avait un cimetière qui accueillait les nombreux morts. Dans aucun plan cadastral, ni dans la carte de Cassini, on voit le nom la métairie de Barrouilh. C’est donc au début du XIXe siècle que le nom de la métairie disparaît des plans cadastraux !

Géry de Broqueville


  • (1) L’hospice de Beaune est fondé par Nicolas Rolin et son épouse en 1443.
  • (2) Notaire Lauzéro, Archives départementale du Gers, cote 3E3E8856 (ref : 18227-18231)
  • (3) Bail de vignes au tiers des fruits Broqueville contre Pommés, notaire Jean-François Dabrin, AD32, cote  3E8809, (ref : 10489-10496)
  • (4) Arrêt du procureur du Roi, monsieur d’Ollivier, Archives municipales de Monfort, ref : 11796)
  • (5) Terme utilisé dans l’acte du procureur.
  • (6) Acte des pauvres de Monfort contre Marguerite Broqueville, Archives municipales de Monfort (ref : 10098)
  • (7) Notaire Jean-François Dabrin 17456-1759, coté 3E8809 aux AD32 (10524-10530)

Note : pour mieux connaître les histoires de l’hopital Saint-Blaise et les bassins des pauvres, tapez « pauvre » dans le champ recherche, dans la colonne de gauche.

Catégories

Archives

Calendrier

octobre 2017
L M M J V S D
« Sep    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Diapos