Les Broqueville de Belgique issus de la bastide de Monfort en France

Dur d’être femme d’un militaire au service du Roy

Thérèse Broqueville de Larroque décédée après 1747, dont on ne connaît pas sa date de naissance si ce n’est qu’elle doit avoir à peu près 22 ans au moment du contrat de mariage. Elle est la fille de Germain (1653-1734) et de Marie de Limoges Lartigue (+ après 1702). Elle s’est marié le 29 octobre 1695 avec Joseph Remaurin dont on sait qu’il est faiseur de bas. De Thérèse ont en sait un peu plus puisqu’on la découvre à travers le testament de sa mère.

Elle s’est mariée visiblement sans le consentement de son père vu qu’il était à la guerre. Son nom est effacé du registre bien qu’on puisse encore le deviner. Dans le testament de sa mère daté de 1702 (1), il est effectivement dit qu’elle a été mariée à Joseph Remaurin : « L’an 1695 et le 29 octobre ont reçu la bénédiction nuptiale Joseph Remaurin et Marie Thérèse Broqueville tout deux d’environ 22 ans chacun ayant leur père et mère après la publication des trois annonces et ont confessé d’une sentence de monsieur l’officier de Lectoure enjoignant monsieur le curé de faire audit Jean Remaurin père, Gabriel Limoges et autre Jean Solirène signé avec ledit Remaurin père et fils non les aussi ne savoir requis par moi« . Elle a été mariée avec Joseph Remaurin par sa mère Marie de Limoges alors que son père était « au service du Roy pendant longtemps« .

« Ce service du Roy » empoisonne la vie de famille. Ainsi dans le présent acte. (2) Thérèse se dit mariée à Joseph Remaurin « parti au service du Roy depuis plus de 25 ans et duquel, elle n’a jamais aucune nouvelle depuis son départ« . Cette acte date de 1731 donc il est parti de la maison au environ de 1706 (3). On sait que Joseph était faiseur de bas. Du coup, Thérèse ne peut en aucun cas prendre de décision pour l’avenir de sa fille, Marie Remaurin (1698-av. 1747). Elle est donc obligée de prendre un procurateur en la personne du sieur Deluc qui devient le garant d’un acte de vente d’une maison située « à la garlande de la place », place de la mairie actuellement.

Cette maison est bien décrite dans l’acte en question : « une maison qu’elle a de son père dans l’enclos de la présente ville à la garlande de la place contenant d’environ 3 escats quoique consistant en une cave, une salle basse sur la cave qui s’est pour l’entrée de la maison, une chambre sur le haut et son antichambre ?? partie de pierre et partie de torchis couverte de tuile canal confronté du levant septentrion maison de Guillaume Caparroque, midi couchant deux rues publiques et autres confrontations plus vrai et meilleurs en ce que avec les entrées issues et ?? accoutumée franche et quitte de toutes charges et fief payable par ledit acheteur la somme de 120 livres« .

Thérèse teste en janvier 1747 (4) et l’on voit bien que son mari n’est jamais revenu, probablement mort sur un champ de bataille. Mais que l’attente fut longue et mettant à mal la vie de famille. Attente tellement longue qu’elle s’est remariée avec François de Bordes dont il n’y a pas eu de descendance, en sachant que son second mari est aussi décédé avant elle. Thérèse Broqueville de Larroque se retrouve donc seul, puisque sa fille décèdera avant elle et lèguera tous ses biens à son frère Joseph Broqueville (5), bourgeois (v.1679-1759).

Géry de Broqueville


(1) Texte déjà écrit à propos de ce testament, cliquez ici.
(2) Notaire Maracassus noté 3E8885 aux AD32 (24552-24556).
(3) Nous sommes au début de la guerre de succession d’Espagne (1701-1714).
(4) Voir Notaire Dabrin noté 3E8805-folio 183 vo au AD32. Voir article déjà écrit en cliquant ici.
(5) Article écrit à propos du mariage de Joseph Broqueville avec Marie de Tartanac en cliquant ici.

Catégories

Archives

Calendrier

décembre 2018
L M M J V S D
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31