Les Broqueville de Belgique issus de la bastide de Monfort en France

Un maison en bien mauvais état

Il est probable que cette maison est située dans la partie droite de la Grand-Rue de Monfort.

Louis Broqueville d’Endardé a acheté une maison le 7 février 1692 à Jean Sabathier. Cette acte a été passé chez maître Bernard Larrigaudère notaire de Sarrant (1) selon la relation effectuée par deux charpentiers de Monfort que sont François Fourcade et Dominique Lafitte. Cette relation est reçue par maître Jean Marcassus, notaire de Monfort a une date non précisée. (2)

On ne sait pas pourquoi il y a cette expertise des travaux à effectuer. Il est probable que le prix a payer était trop important vu le nombre de travaux à effectuer dans chacune des parties de la maison.

Cette maison est située Grand-Rue à coté de la maison de Jean-Roc Libéros. (3) Ce dernier est le cousin germain de Louis de Broqueville. En effet, Jean-Roc est le fils de Jacques Libéros qui a épousé Gracie Broqueville d’Endardé. Celle-ci est fille de Jean Ier et de Jeanne de Limoges Lartigue. Gracie est la sœur du père de Louis, c’est-à-dire de Jean II qui a épousé Françoise de Saint-Arroman.

La maison est visiblement dans un état déplorable. La relation décrit une succession de portes manquantes, de fenêtres brisées, de cheminées crevées, de planchers pourris, de carrelages inexistants, de murs laissant voir le jour, des toits avec des tuiles manquantes.

De cette maison ont ne connait pas les dimensions mais au nombre de pièces il semblerait qu’elle est assez grande. Ainsi au rez-de-chaussée, on compte deux boutiques avec chacune une antichambre. Deux salles basses existent aussi qui sont les caves de la maison. Un escalier existe appelé le degré qui est tout aussi en mauvais état puisqu’il faut remplacer 4 marches et 14 balustres. Les chambres du 1er étage sont au nombre 5 dont trois ont des antichambre.

Au niveau supérieur, les deux charpentiers ont examiné les galetas que sont le grenier qui là aussi est en piteux état. Il faut réparer le faîte d’une longueur de 7 canes ce qui vaut 13 mètres. On peut supposer que la longueur de la maison a au moins cette taille. Il faut aussi 10 chevrons et plus 20 de latte en plus d’un millier de tuiles.

Dans le jardin, trois éléments menacent ruine : la fourrière qui est à remettre à neuf complètement ainsi que la grange. La muraille qui fait le pourtour du jardin est à solidifier car certains pans de mur menace ruine complète.

Le texte ne donne pas plus d’explication sur cet état des lieux. En tout cas, il est très difficile d’identifier le lieu exact dans la Grand-Rue. Tout ce que l’on sait est que le rez-de-chaussée en construit en pierre alors que le premier étage est en torchis.

Au début du texte, dans la marge une écriture postérieure  (probablement du XIXe siècle) indique que la maison appartient à Louis de Colomé petit-fils d’autre Louis. Cet autre Louis est l’acheteur du bien. Louis de Colomé est fils de Jean-Baptiste et de Jeanne-Marguerite de Fraissé. Le petit-fils de Louis a épousé Emilie de Viguerie, couple sans enfant.

Géry de Broqueville


(1) Il est intéressant de noter que ce notaire de Sarrant a accompli quelques actes avec Louis de Broqueville. Il faudra donc chercher de ce cote-là aussi pour essayer de comprendre pourquoi il utilise ce notaire. Maître Larigaudière porte la cote 3E23927 pour son registre s’étalant de 1691-1694.

(2) Notaire Marcassus coté aux AD32 3E8870 (24375-24379)

(3) C’est à la troisième page que l’on apprend cette information. (24377)

Catégories

Archives

Calendrier

octobre 2018
L M M J V S D
« Sep    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031