Les Broqueville de Belgique issus de la bastide de Monfort en France

Un peu de tourisme à Monfort

Un de mes cousins m’a envoyé un mail en me demandant ce qu’il doit visiter à Monfort car il y sera de passage lors de ces vacances. Sa dernière visite remonte à 30 ans. Je me suis lancé dans un texte que voici, tant qu’à faire autant le partager tout de suite alors que les beaux jours sont là pour visiter Monfort et sa magnifique région.

Cher Philippe,

Voilà une bien belle idée que d’aller à Monfort (sans t au milieu). Pour te documenter quelque peu sur certains sujets, je te mets quelques liens qui vont vers broqueville.be et qui vont te donner des indications plus précises. 

Dans le village même, il y a bien sûr l’église qui date du XIVe siècle et qui possède encore la trace des Broqueville avec ses armoiries françaises (différentes des nôtres) où l’or est remplacé par l’argent. Ces armoiries se trouvent du coté des orgues au sommet de la voûte. Dans les chapelles latérales se trouvent certainement enterrés ça et là de nombreux Broqueville, sépultures datant d’avant la révolution française. Depuis lors les Broqueville ont leurs tombes dans le cimetière dans une série de trois tombes au fond à gauche de l’allée centrale quand tu rentres par la porte principale. A gauche de cette porte tu verras les escaliers de feu la chapelle funéraire des comtes de La Hitte qui a été démolie en 2017 par la municipalité de Monfort. A droite de la chapelle se trouve la tombe de Marie de Broqueville épouse de Hugues Dupuy qui est en déshérence et qui est promise à la destruction par la municipalité, si ce n’est pas déjà fait.

Il reste fort heureusement pas mal de témoignages du passé dans les constructions des maisons notamment sur la place de la Mairie où l’on voit de belles façades datant du XVI ou XVIIe siècle. D’autres plus modestes sont construites encore en torchis comme dans les siècles précédents. En flânant dans les rues, tu dois te dire que dans chacune d’entre-elles à un moment donné des membres de la famille, toutes branches confondues, ont habité ça et là mais il m’a toujours été très difficile d’en identifier les endroits avec précision. La seule maison qui est identifiable, est celle située dans la rue d’Embonneau pas loin de l’ancien couvent ou se trouve une belle demeure qu’il est aussi possible de voir par l’arrière, rue de la Fontaine. C’est la dernière maison Broqueville qui a vu s’éteindre la branche française de la famille.

Dans la grand-rue, tu passeras devant la très belle demeure de Guillaume Saluste du Bartas se trouvant à gauche de la rue allant vers Mauvezin. Le poète Guillaume du Bartas a pour mère Bertrande Broqueville. Autrefois, la bastide était entourée de remparts dont on peut encore voir des parties non démolies en empruntant le chemin des remparts. Trois portes existaient alors : la porte de Sainte-Gemme, celle du dessus qui ouvrait sur Mauvezin et la porte de Saint-Roch.

Tous les noms de lieux que tu vois, les Broqueville en ont possédé des terres ou des métairies en partie ou entières. Tu peux aller voir, sans y entrer puisque ce sont des propriétés privées comme Esparbès dont ta branche possède la pierre qui se trouvait dans le mur d’enceinte du château aujourd’hui disparu. J’ai fait pas mal de recherche que j’ai partagé en ces pages. J’ai travaillé beaucoup sur son histoire qui est fort ancienne. Bien sûr tu ne manqueras pas d’aller voir Endardé, qui ne se trouve non loin d’Esparbès et bien d’autres lieux comme Bigourdas ou Maussombat. D’ailleurs sur la route qui va de Monfort vers Bigourdas, tu passeras sous un vieux chêne dont j’ai déjà raconté l’histoire.

Mais avant d’arriver sur la route d’Endardé, tu t’arrêteras à la chapelle Saint-Blaise dont le champ et prairies attenantes ont servi de cimetière durant les grandes pestes de 1639 et 1653. Cette chapelle possède une cloche au nom de Marie de Broqueville. Cette chapelle a été restaurée notamment avec l’aide de l’association de famille.

Le château d’Esclignac qui est en passe de s’effondrer est un très joli château féodal entouré des maisons du hameau d’Esclignac mais tout cela n’est plus que ruines. Les propriétaires actuels laissent tomber en ruine ce château. Auparavant, ils étaient propriétaires du château de Saint-Lary dans le Gers qu’ils ont fait passé aussi de vie à trépas ! Personne ne s’émeut de cette situation. Le château est vaguement habité par un cousin et est défendu par un molosse qui n’a qu’une envie, te manger tout cru !

Le lavoir ancien se trouvant en contrebas de la route vers Homps. Le château de Homps ou plutôt la tour dont j’ai visité l’intérieur a été restaurée avec amour par un monsieur qui a un joli potager ! Les seigneurs d’Homps ont un lien avec la famille Broqueville puisque Catherine de Manas a épousé Blaise Broqueville de Maussombat (sans descendance) et une autre Catherine a épousé Guillaume Saluste du Bartas. Tu peux aller voir de loin (propriété privée) le château du Bartas situé près du village de Cologne au-delà de Mauvezin.

Bref, il y a de quoi flâner à Monfort tant à travers mon blog que dans la réalité, tant il y a des choses à dire ayant arpenté tout le territoire de Monfort jusque même à la chapelle du Grazan et dans les villages avoisinants où l’on peut trouver ça et là des traces(dans les textes) du passage des Broqueville comme Saint-Léonard, Bivès, Saint-Clar, Tournecoupe, Brugnens et Cadeilhen. Pour ces deux derniers villages, le curé de l’église était Dominique Broqueville, sieur de Bigourdas au XVIIe siècle.

Je m’arrête là au risque d’être trop long tant le sujet me passionne.

Géry de Broqueville

PS : Dans Wikipedia tu as la liste des lieux à aller voir en général.  

Catégories

Archives

Calendrier

décembre 2018
L M M J V S D
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31