Les Broqueville de Belgique issus de la bastide de Monfort en France

Une Blasie mal attribuée

Quand je lis un nouvel acte, je vérifie toujours dans mon programme fétiche qu’est Hérédis, la correspondance entre tous les personnages cité dans l’acte en question, comme outil de vérification sur le bien-fondé de ce que j’ai déjà découvert. Selon les textes lus, parfois, des phrases peuvent être ambigüe et m’orienter vers des liens qui n’en sont pas.

Ainsi, l’acte de « Rémission d’entre maître Sernin Carrette docteur d’une part et Jean Broqueville d’autre » daté du 9 mai 1653 chez le notaires Mazars (1) est un bel exemple d’erreur ou en tout cas de mauvaise attribution.

Cet acte nous indique qu’il s’agit de régler un reliquat d’un héritage que Pierre Carrette a fait à sa fille Blasie, femme de Jean Broqueville. Je regarde dans mon programme et je découvre effectivement une Blasie Carrette femme de Jean mais fille de Sanson ! Même si j’ai l’acte de naissance de cette Blasie qui effectivement est fille de Sanson et de Jeanne Limoges, il ne s’agit pas de la bonne Blasie. J’ai effectivement l’acte de mariage de Blasie Carrette et de Jean Broqueville mais je n’ai aucune indication quant aux parents de cette dernière, d’où mauvaise attribution. Donc exit de ma généalogie, Blasie fille de Sanson Carrette.

Attribué Blasie Carrette sur base de ce nouvel acte n’est plus qu’un jeu d’enfant d’autant plus qu’un des enfants du couple Broqueville-Carrette porte le prénom de Sernin qui est comme le confirme l’acte en question est le frère de Blasie. Le prénom Sernin est rare, j’étais étonné de voir un enfant qui avait pour parrain un inconnu, surtout à cette époque où généralement l’enfant reçoit le prénom de son parrain ou marraine selon son sexe. Sernin Broqueville est né le 25 février 1656, décédé le 14 juin 1675, à l’âge de 19 ans. La marraine de Sernin Broqueville était Marie Labaule, femme de Sernin Carrette, docteur en droit.

Je pressentais depuis longtemps qu’il y avait un lien entre les Broqueville et Pierre Carrette. Mon intuition était bonne mais je n’avais jamais encore confirmé quoi que ce soit puisque je n’avais pas de preuves écrites.

Le bon Broqueville ?

En ouvrant toujours ce même programme Hérédis, je constate que j’ai octroyé comme père à ce Jean Broqueville, marchand de Monfort, Jehan Broqueville et la mère Jeanne Carrette sur base du travail de Ludovic Mazeret. Par bonheur dans le présent acte, j’ai une signature qui ne m’est pas du tout inconnue. Il s’agit de celle de Jean Broqueville fils Bernard (vers 1565-avt 1664) et de Barthélémie Espiau (+1647). Et justement ce Jean n’a pas d’épouse ni d’enfants. Voilà donc une énigme qui se résous grâce à cet acte du 9 mai 1653 !

Il ne me reste plus qu’à fusionner les deux Jean en un seul, de lui retirer ses anciens père (Jehan) et mère (Anne Carrette) et de l’attribuer à Bernard et Barthélémie Espiau, sans oublier de faire suivre ses sept enfants. Ainsi voilà un couple qui se retrouve unis pour le meilleur comme pour le pire !

Quand Jean était fils de Jean et de Anne Carrette, il avait une sœur prénommée Anne, née vers 1619. Je vois que quand il est fils de Bernard, il a aussi une sœur prénommée de la même façon dont je n’ai aucune indication. Jean est né le 1er septembre 1613. Nous nous trouvons dans les mêmes années. Il me semble donc évident que je dois aussi fusionner les deux Anne ne faisant qu’une et même personne, décédée le 21 décembre 1669.

Un autre Broqueville ?

Pour corser l’affaire, dans la deuxième page de l’acte apparaît un Guilhem Broqueville non répertorié et probablement non rattaché qui semble avoir été désigné pour effectuer les liquidations des legs de feu Pierre Carrette. Mais l’on n’a aucune indication sur ce personnage.

Voilà une belle correction dans la généalogie. Maintenant il y a une branche élaborée par Ludovic Mazeret dont je viens de retirer deux enfants, c’est-à-dire que cela devient un couple dont je n’ai aucune preuve actuelle qu’il ait existé. Il faut que je contrôle cet ascendance dont j’ai de moins en moins de preuve de son existence. Comme quoi, il y a encore du boulot !

Géry de Broqueville


(1) Notaire Mazars, coté 3E8904 aux AD32 (25029-25031)

Catégories

Archives

Calendrier

décembre 2018
L M M J V S D
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31