Les Broqueville de Belgique issus de la bastide de Monfort en France

Ayraux et patus, deux nouveaux mots du XVIIe siècle

Exemple d’un patus inclue dans une grange.

Dans un acte de vente (1) de quelques biens se trouvant à En Salivan (Monfort) par le sieur Louis Broqueville d’Endardé aux frères Guilhem et Jean Roux laboureurs de la dite ville on découvre deux nouveaux termes très XVIIe siècle. « (…) présent et acceptant savoir est une sienne mettre consistant en trois chambres sut le bas sous la maison du sieur Jean Broqueville sieur d’Endardé avec la part d’ayriaux au hameau de Salivan en quoi ladite maison et ayriaux puissent consister en tout ?? et de même que ledit sieur vendeur le ?? tout présentement bâti partie de muraille partie de torchis une chambre couverte de tuiles canal confronté du levant et midi les ayriaux dudit hameau, couchant maison de Mathieu Roux septentrion maison des héritiers de Paul Roux et dudit sieur d’Endardé père« .

Les ayriaux sont des espaces polyvalents séparant les bâtiments dans les endroits les moins fertile (2)

« Plus un patus d’étable découvrant audit lieu en quoi que puisse consister qui confronte du levant lesdits ayriaux midi étable dudit sieur d’Endardé père, couchant jardin dudit sieurd’Endardé septentrion les ayriaux.« 

Le patus est un mot utilisé dans le sud-ouest pour déterminé l’espace se trouvant devant un bâtiment et qui regroupe toutes les structures utiles à la vie quotidienne. Devant une maison, le patus regroupe le four à pain, le puits, parfois la mare. Le patus d’une étable reprend tous les instruments utiles pour gérer l’étable. (3) Mais le patus veut aussi dire au sens plus large, terre inculte, pâturage commun, cour intérieure ou basse-cour, entour d’une maison.

« Plus un jardin audit lie de la contenance de 2 places avec plus ou moins par manière de corps sans nulle retenue semé de bailave qui confronté du levant chemin de service, midi terre de Mathieu Goulard, couchant terre de Paul Sentis septentrion les patus dudit hameau et autres confrontation.« 

Bailare ou Bailave est un terme non compris dans ce texte. Les biens décrits ci-dessus relèvent de la taille au Roy payée par les dits acheteurs et sont de la possession féodale du seigneur de Canet de l’époque qui est Joseph d’Adhémar, seigneur de Cranssac, de Brugnens et de Canet. (4) Bien sûr ces deux nouveaux mots sont repris dans la page dico de ce blog.

Géry de Broqueville


(1) Notaire Marcassus coté 3E8885 aux AD32 (24576-24577)
(2) Jean-René Trochet, Maisons paysannes en France et leur environnement, XVe-XXe siècles, Edition Créaphis, 2006, page 130.
(3) Ibidem page 55.(4) Notaire Marcassus coté 3E8885 (24561-24562)

 

Catégories

Archives

Calendrier

juillet 2018
L M M J V S D
« Juin    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Diapos