Les Broqueville de Belgique issus de la bastide de Monfort en France
Jacques devant un hangar d'Etampes en 1916.

Jacques devant un hangar d’Etampes en 1916.

Jacques était en formation dans la base belge d’Etampes. Dès 1910, trois écoles d’aviation naissent à Etampes dont celle qui porte le nom de Louis Blériot sera construite au lieu-dit «Villesauvage». Au début de 1915, le gouvernement belge crée une école militaire de perfectionnement à Etampes-Villesauvage. Pour cela, le gouvernement français a réquisitionné les locaux de l’école civile Blériot et les prête à l’armée belge. L’école est placée sous les ordre du sous-lieutenant auxiliaire Pierre de Caters, pionnier de l’aviation belge. En décembre 1917, cette école forme 60 élèves sur des avions Morane H, Bleriot XI, Farman. La France récupére ses installations en juin 1917 et transfère l’école militaire belge sur Port-Aviation, à partir du 1er avril 1918.

Jacques de Broqueville est resté à Etampes entre le 24/8/1915 et le 9/6/1916. Il a été formé en tant que pilote d’observation pour l’artillerie. Il avait, en effet, été détaché du régiment d’artillerie lourde (obusiers de 150) de la 1ère Division, en juillet 1915, pour apprendre à piloter des avions d’observation au profit de l’artillerie.

Pour obtenir son brevet militaire belge, il a du passer  plusieurs épreuves théoriques et pratiques qui étaient au programme comme :
– Vol à 500 mètres d’altitude (20 min de vol)
– Un vol en triangle de 60 km (liaison entre trois points séparés en 1h15 et 1h30)
– Un autre vol en triangle.
– Un vol Etampes-Chartres-Châteaudun-Etampes.

Les albums de Jacques sont très riches en enseignements comme les cours théoriques au sol avec explication de la manière de piloter un avion, si d’aventure le pilote belge était attaqué par un pilote ennemi. Les photos ci-dessous ont été prises en 1915 par Jacques lui-même à Etampes entre 1915 et 1916 :

On a vu que l’apprentissage commençait par la théorie. Place maintenant à la pratique. Voici les premiers moments de vol de Jacques de Broqueville et son instructeur.

Farman iV d'instruction utilisé pour le premier vol de Jacques de Broqueville.

Farman iV d’instruction utilisé pour le premier vol de Jacques de Broqueville.

Un peu plus tard Jacques a continuer son apprentissage sur un Farman M11 comme ci-dessous.

Farman M11. Jacques en avant avec son instructeur.

Farman M11. Jacques en avant avec son instructeur.

Jacques étant logé en face de la base française d’Etampes, il pouvait ainsi découvrir les avions qu’il ne pilotait pas. Ci-dessous un Bréguet BM portant le n°800 et qui faisait partie d’un régiment de chasse marine :

Bréguet BM M5.

Bréguet BM M5.

La photo suivante montre un autre type d’appareil français à Etampes. Je n’ai pas réussi à l’identifier :

Avion à identifier.

Avion à identifier.

Et voici une photo où Jacques est assis parmi tous les pilotes belge et français d’Etampes devant un Framan MF7. Jacques est le premier assis sur la droite de la photo :

Farman FM7 à Etampes en 1916.

Farman FM7 à Etampes en 1916.

Quand Jacques a pu voler en solo, il a commencé à piloter en solo divers appareils. Il a ramener des photos aériennes de différents lieux difficile à identifier. Bien que l’on sait qu’il a mener une reconnaissance jusqu’au dessus de Namur comme dans l’album ci-dessous.

 

En voyant ces images en noir et blanc, il n’est pas étonnant que Jacques a transmis à sa descendance la soif du grand air au-dessus des nuages. Voir article sur cette descendance qui s’est promenée dans les airs.

Géry de Broqueville

Catégories

Archives

Calendrier

octobre 2017
L M M J V S D
« Sep    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Diapos