Je connaissais déjà la date du pacte de mariage d’Antoine Broqueville repéré dans un acte daté de 1610 dans un des registres du notaire Lauzéro. (1) Cette fois-ci je suis tombé sur ce contrat de mariage qui en soit ne nous apporte que très peu d’éléments.

Le contrat de mariage est écrit par le notaire Sans Daguzan (2) et date bien du 19 juin 1584, intitulé “Pacte de mariage d’entre Antoine Broqueville marchand de Monfort d’une part et de Catherine Fuilhade fille de feu Barthélémy de Saint-Sauvy

Ce pacte est écrit dans la salle basse de la “domus” (3) et maison de Jehan Montangier fils de feu Dominique. Dans cette maison, les deux familles sont d’une part Jean et Antoine Broqueville père et fils et d’autre part, Catherine Fuilhade qui est assistée par son oncle Fu… Fuilhade. Je n’arrive malheureusement pas à déchiffrer le prénom. Cette personne est un notaire probablement de Saint-Sauvy, comme son frère Barthélémy, décédé. (4) Il est dit que Catherine Fuilhade est habitante de Monfort au moment de ce pacte.

Les témoins

Un des témoins de ce pacte de mariage est Joseph Broqueville “plus vieux”, habitant de Monfort. Incontestablement, Joseph est contemporain de Jean Broqueville “plus vieux”. Je fini par croire que Joseph et jean sont deux frères. Les deux sont illettrés. Je garde cette conclusion comme hypothèse de travail d’autant que les témoins font parties de la famille, comme on va le voir.

Le premier signataire hors famille est évidemment l’oncle de Catherine Fuilhade qui signe. La signature d’Antoine Broqueville est bien présente, ce dernier ne vas se priver son plaisir de montrer qu’il est un des rares Broqueville de l’époque à être lettré.

Nous avons aussi la signature de l’hôte du lieu qui est Jehan Montangier. En comparant les signatures de ce Jehan avec celui qui a épousé Marguerite Broqueville, fille de Joseph et de Sibile Delau, c’est la même signature. Donc nous avons, déjà une signature identifié et un élément supplémentaire, nous connaissons un peu mieux l’âge de Jehan.

La signature de François Lauzéro est celle de celui qui a épousé Blasie Broqueville-Empiroy, fille de Pierre et de Marie Busquet. Pierre est le frère de Marguerite, ci-dessus. Ils sont les neveu et nièce d’Antoine, le futur marié.

Pierre Bousquier n’a aucun rapport avec la famillee. Si ce n’est que plus tard, et cela Antoine et Catherine Fuilhade ne le sauront jamais, Jaquette de Bousquier, arrière-petite-fille de Pierre épousera Jean II Broqueville d’Endardé !

C’est fou ce que l’on peut tirer comme informations avec un pacte de mariage comportant seulement trois pages.

Géry de Broqueville

(1) Notaire Lauzéro côte 3E8851 aux AD32 (14556-14559)

(2) Notaire Sans Daguzan côte 3E8816 aux AD32 (25382-25384). Sans est un prénom de l’époque qui est le diminutif de Sanson.

(3) C’est la première fois que je vois le terme “domus” pour qualifier une maison. Durant l’empire romain, la domus est un véritable palais qui a toute son importance. La maison de Jehan Montangier est accolée à sa taverne. Cela pourrait donner une idée que cette maison est imposante ? Je ne le sais.

(4) Saint-Sauvy est un village du Gers situé à 16,6 Km au sud de Monfort.