Un dessin a attiré mon attention à la fin du registre des actes de 1639 du notaire Mazars. Dessin se trouve sur un parchemin servant de couverture à ce registre. Il n’est pas rare de des vieux parchemins servent comme couverture de registre.

Il se trouve sur la troisième page de couverture de ce registre. Que veut-il nous transmettre comme informations ? Pour cela, il faudrait s’atteler à la lecture du texte recouvrant de son écriture régulière les deux pages internes de la couverture de ce registre. Comme le registre est relié y incluant ces deux pages, il m’est impossible d’essayer de la déchiffrer !

Est-ce une machine infernale représentée ici ? Est-ce une machine agricole manuelle ? Est-ce une copie d’un acte dont on a dessiné le sceau ? Est-ce la représentation de la rosace d’une église ? Est-ce un mandala dessiné pour un jardin alors que cette figure n’existait pas chez nous à cette époque-là ?

Le texte est écrit en latin… il devrait provenir de la fin du Moyen-âge. Les notaires savaient faire de la récupération et en même temps, ce texte est perdu à tout jamais à moins que l’on trouve quelqu’un qui arrive à le lire et à deviner les mots se trouvant sur la tranche du registre, ce qui voudrait dire qu’il faudrait en retirer sa reliure, chose qui, à mon avis, n’est pas permis par les Archives départementales.

Cela me fait penser aux dessins du notaire de Bosquery de Monfort dont j’ai déjà relaté son art dans ce blog. Ici, l’on est clairement dans un dessin plus ancien.

Bien sûr, je sais que je n’aurai jamais la réponse à ma question. Il n’empêche que ce dessin m’intrigue…

Géry de Broqueville

(1) Notaire Mazars, coté 3E8894.